ETEL ADNAN ET LES MODERNES

06/06/2019 - 08/09/2019
Vernissage 05/06/2019 18h00
Share
 

À la fois poète, écrivaine et peintre, l’artiste Etel Adnan (1925, Beyrouth) crée depuis les années 1960 une œuvre qui marque plusieurs traits d’union : entre le visuel et l’écrit, entre les cultures orientales et occidentales, entre l’art moderne et l’art contemporain. Reflets d’une relation sensible et vibrante au monde, ses œuvres explorent les questions du paysage, de l’abstraction, de la couleur, de l’écriture, de la mémoire, de l’histoire. Son exposition au Mudam, qui investit les deux galeries de l’étage supérieur du musée, rassemble un large ensemble de ses peintures, tapisseries et œuvres sur papier. Elles sont mises en dialogue avec les œuvres d’artistes modernes et contemporains, qui éclairent de manière nouvelle son œuvre plurielle.

Etel Adnan, Ohne Titel / Sans titre / Untitled, 2012. Private collection, Hamburg, Courtesy Sfeir-Semler Gallery, Hamburg / Beirut © Etel Adnan

Développée en collaboration avec le Zentrum Paul Klee de Berne suite à un premier volet qui y a été présenté à l’été 2018, l’exposition offre un large panorama de l’oeuvre visuelle d’Etel Adnan du début des années 1960 à aujourd’hui. Au cœur de l’exposition se niche la relation que l’artiste entretient avec l’œuvre et la pensée de plusieurs artistes modernes, à commencer par Paul Klee (1879, Münchenbuchsee – 1940, Locarno). Dans un texte écrit en 2012, Etel Adnan décrit sa fascination pour le travail de l’artiste : « Je crois que Klee est le premier peintre duquel je suis tombée amoureuse. Il m’obsédait. Par obsédée, j’entends que ses toiles me mettaient dans un état extatique. Elles m’habitaient. À Kairouan [en Tunisie], il a écrit ‘les couleurs et moi ne faisons qu’un’. Et j’ai compris qu’il parlait de révélation », écrit-elle.

C’est ce dialogue avec les modernes que la première galerie déploie, à travers un ensemble de pièces majeures de Paul Klee et d’un choix précis d’œuvres d’autres artistes qui ont marqué sa trajectoire : Vassily Kandinsky (1866, Moscou – 1944, Neuilly-sur-Seine), Nicolas de Staël (1913, Saint-Pétersbourg – 1955, Antibes), et Georges Mathieu (1921, Boulogne-sur-Mer – 2012, Boulogne-Billancourt). Deux tapisseries réalisées dans un centre destiné à la tapisserie d’art créé par l’architecte Ramses Wissa Wassef (1911, Le Caire – 1974, Égypte) dans les années 1950 à Harrania, en Égypte, sont également présentées dans l’exposition. Ces conversations mettent en avant des notions centrales à l’œuvre d’Etel Adnan, comme l’écriture, le geste, ou le « tissage » – véritable métaphore de la vie elle-même. En introduction, le film Ismyrne (2016), du duo libanais Joana Hadjithomas (1969, Beyrouth) & Khalil Joreige (1969, Beyrouth), offre un portrait intime de l’artiste.

La seconde galerie de l’exposition met en avant plusieurs ensembles d’œuvres récentes d’Etel Adnan, qui tendent vers l’abstraction. L’artiste décrit ces peintures comme des « paysages intérieurs » puisant dans les réminiscences de paysages réels. La sensibilité d’Etel Adnan au paysage s’exprime également à travers ses œuvres dépeignant le Mont Tamalpaïs, situé en Californie, et les vues de New York que rassemble son film Motion (2012). Ces ensembles dialoguent avec les œuvres de deux artistes contemporaines avec lesquelles Etel Adnan entretient des liens étroits : la peintre et poète Eugénie Paultre (1979, Paris) et la sculptrice libanaise Simone Fattal (1942, Damas).

Note biographique

Née en 1925 à Beyrouth, d’une mère grecque et d’un père syrien, Etel Adnan a grandi entre les cultures et les langues – le grec, l’arabe, le turc, le français et l’anglais. Après des études à Paris, New York et Berkeley en Californie, Etel Adnan a poursuivi ses voyages à travers l’Amérique centrale, l’Amérique du Nord et l’Afrique du Nord. Elle a vécu à Sausalito en Californie, où elle a enseigné la philosophie au Dominican College of San Rafael (1958-1972), à Beyrouth, au Liban, où elle était en charge de la rubrique culturelle du quotidien Al-Safa et à Paris. Outre son œuvre visuelle, elle a publié de nombreux recueils de poésie, un roman, des nouvelles, des pièces de théâtre, des essais et est considérée comme l’un des écrivains contemporains les plus importants du monde arabe. Depuis sa participation remarquée à la Documenta 13 en 2012, son œuvre picturale rencontre une très grande reconnaissance internationale. Ses expositions personnelles récentes ont été présentées dans des institutions telles que le Zentrum Paul Klee à Berne (2018), le MASS MoCA à North Adams, Massachusetts (2018), l’Institut du Monde Arabe à Paris (2017), la Serpentine Gallery à Londres (2017), le Irish Museum of Modern Art à Dublin (2015) et le Museum der Moderne Salzburg (2014).

Commissaire :
Sébastien Delot, assisté par Sarah Beaumont et Grégoire Prangé